Thomas Ouellet Fredericks Artist / Programmer / Teacher

tof@tofstuff.com

Space Roar

2017

Generative, End of the world



"It did not happen suddenly. The earth has been roaring for a long time. According to some, it began with the birth of the last earthling, the last straw that collapsed the ecosystem. But no matter, humanity does as always: it flees. Towards the roar of space."

Space Roar is Science-Fiction. But as all good Sci-Fi, it is rooted in science: the Earth is dying. Climate scientists agree that we have passed the point of no return. It is not a question of if all life on Earth will end but when. This is especially important to emphasize nowadays as alternative global warming sceptics irrationally try to deny this fact. To survive, humanity must embark on a long trip, the Great Crossing, to colonize a new world. The experience is constructed of four parts, using different types of media: a generative audiovisual projection, a coloring book, a video, and an interactive application. The whole offers a poetic interpretation of cataclysmic events and a certain beauty of tragedy.

The project depicts, in a contemplative and monumental way, the escape of mankind aboard a gigantic fleet of ships crossing the roar of space towards the star system Trappist-1. More than 7000 ships, carrying 100000 humans each, provide the salvation for a tenth of the population of each of Earth’s nations. As this Great Crossing is very long, 800023 years with current technology, each ship is adapted to represent its country. For example, there is a huge number of Indian ships that compose the fleet, as the population of India is high, but their ships are very small, as they are used to live in high density. On the other hand, the ships for Canada are very big, as Canada is not densely populated but the sips are very little in numbers as its citizens are few and accustomed to more space.

Each ship is constructed with the use of geographical and sociopolitical statistics of the World’s countries that are mapped to a kind of DNA code. The DNA code of each nation is made of the letters A to Z, that represent that country’s ranking on the following data: population, population density, GINI index (equity), nuclear, CO2, weapons and manufacture. This DNA data is passed on to an algorithm that constructs a unique vessel based on that data. As was mentioned earlier, higher densities will produce smaller ships, while a low GINI score will create ships that are longer (the rich do not want to stay in the same neighborhoods as the poor). CO2 will produce more visible debris, and weapons and manufacture will produce more elaborate constructions with varied attachments on the ships. Each nation is represented by a different 3D model constructed with this DNA. The basic principles for the spaceship building algorithm and the basic spaceship parts are inspired by an open source project by Dolf Veenvliet .

THE GENERATIVE PROJECTION

The voyage of these 7000 ships is simulated in a generative projection. Generative because the content is generated by the system and can play endlessly. The visuals and the sounds are inspired by Science-Fiction and more specifically, the beginning of the movie Spaceballs (https://youtu.be/1dZveoBfiww) where a ridiculously long spaceship slowly crosses the screen for 90 seconds, and by all movies that present space travel and battles where the space rockets rattle the theatre seats. I wanted to reproduce these in a kind of «Science-Fiction Porn» where it is just 100% roaring ships, 100% of the time. The roar of the rockets on each ship was created by sampling the engine noise from various movies (Star Trek, Star Wars, Battlestar Galactica, etc). These sounds are positioned, panned and exploit the Doppler effect generously to give an immersive experience where the spectator really feels the ships whizzing by.

The simulation data is run on a persistent server in the cloud. The fleet is spread out in a virtual cube of 10000 cubic kilometers. The whole fleet is never completely visible as it is too large. So, the system will regularly decide to sample the ships that are in a smaller cube of 2000 km3 and only display those on screen. The movement of the ships through space is determined by a flocking algorithm that tries to create a cohesive mass. The virtual camera semi-randomly moves through this mass focusing on random ships while trying to provide a cinematic experience. The Trappist-1 star is always visible on screen as it represents the final destination of the convoy.

THE VIDEO

As a portion of its previous inhabitants flee it, our discontinued earth continues to crumble away. Since the spectators in the exhibition space and most of the population is still on Earth after the liftoff, a television screen presents fake news reports on the progress and the purpose of the Great Crossing. The reports are inserted between real footage of ice calvings and mud slides giving the impression of the cataclysmic events outside. The video does not have any sound: it is muted as the events presented are things we tend to ignore, but subtitles do provide some explanation (the subtitles are currently in French but will be translated). There are clues that maybe this is not the first world than was settled and subsequently destroyed in an unending cycle. Maybe the extinction of the dinosaurs was caused by our space ancestors that colonized current Earth…

THE COLORING BOOK

The coloring book is an artefact from our future. It is an actual coloring book, titled “A coloring book for the end of the world”, that can be bought by the visitors for 2$. The book was created to prepare the children travelers for the Great Crossing and to familiarize them with the various ships that will populate the view every time they will look out a porthole. The book presents 34 ships, their DNA, their quantity and the statistics used for their creation. The book is a derisive response to the constant requirement of gamification and fun by the subsidizers of the digital and interactive arts.             

THE APPLICATION

This is the only part of the project that has yet to be completed. It will be finished in the upcoming months. The application will be available for download from the Web and will not be presented in the actual exposition space.

The application presents the process of generative design used by Space Roar. It packages the tool I used to create the ships for the coloring book. The user will be able to type a word into the application that will be used as the DNA to generate a unique ship in the same way as my project does. Space Roar uses statistical data to generate this DNA, but any combination of six letters will create a unique ship. The resulting design can then be exported as a high-resolution image. The application will be open source.

CREDITS

Ship parts: Shipyard V0.7 by greyoxide (http://www.blendswap.com/blends/view/17601)

Inspiration for the ship building algorithm: Shapewright by Dolf Veenvliet (http://ship.shapewright.com/)



(fr)

Space Roar est une installation vidéo interactive. Elle met en scène, sur un mode contemplatif et monumental, l’évasion de l’humanité à bord de flottes gigantesques de vaisseaux errant dans l’espace. Chaque ensemble de vaisseaux représente une partie de la population terrestre.

«Ce n'est pas arrivé soudainement. La terre rugit depuis longtemps. Selon certains, elle a commencé avec la naissance de l'humain de trop. Mais peu importe, l'humanité fait comme toujours : elle fuit. Elle fuit vers le rugissement de l'espace.» Space Roar est de la Science-Fiction. Mais comme toute bonne science-fiction, le projet est enraciné dans la science : la Terre est en train de mourir. La communauté scientifique a récemment statué que le réchauffement climatique a dépassé le point de non-retour. Il ne s'agit pas de savoir si toute la vie sur Terre prendra fin, mais quand cela arrivera. Il est particulièrement important de souligner cette réalité de nos jours étant donné que les scientifiques «alternatifs» tentent irrationnellement de le nier. Pour survivre, l'humanité doit entreprendre un long voyage, la Grande traversée, pour coloniser un nouveau monde. Le projet est constitué en quatre parties qui utilisent différents types de médias: une projection audiovisuelle générative, un livre à colorier, une vidéo et une application interactive. Le tout offre une interprétation poétique des événements cataclysmiques et une certaine beauté de la tragédie. Le projet représente, d'une manière contemplative et monumentale, l'évasion de l'humanité à bord d'une gigantesque flotte de navires traversant le rugissement de l'espace vers le système trappiste-1. Plus de 7 000 navires transportant 100 000 humains chacun, offrent le salut pour un dixième de la population de chacun des pays de la Terre. Comme cette grande traversée est très longue, 800 023 ans avec la technologie actuelle, chaque navire est adapté pour représenter les conditions de son pays. Par exemple, il existe un grand nombre de navires indiens qui composent la flotte, car la population de l'Inde est élevée, mais leurs navires sont très petits, car la population y est très dense. D'autre part, les vaisseaux pour le Canada sont très grands et peu nombreux, car le Canada n'est pas densément peuplé et ses citoyens sont peu nombreux et habitués à plus d'espace. Chaque vaisseau est généré à partir des statistiques géographiques et sociopolitiques d’un pays qui sont convertis en une sorte de code ADN. Ce code ADN, constitué des lettres A à Z, représente le classement de ce pays à propos des données suivantes: population, densité de population, indice GINI (équité), production nucléaire en Kwh, production de CO2, armes et capacité de production. L'ADN est ensuite transmis à un algorithme qui construit un vaisseau unique en fonction de ces données. Des densités de population plus élevées produiront des navires plus petits, alors qu'un faible score GINI créera des navires plus longs (les riches ne veulent pas rester dans les mêmes quartiers que les pauvres). Le CO2 produit des débris, et la capacité de produire résulte en la construction de vaisseaux plus élaborés. Chaque nation est représentée par un modèle 3D différent construit avec cet ADN. Les principes de base de l'algorithme de construction sont inspirés d'un projet open source de Dolf Veenvliet (http://shapewright.com/). Les pièces de base qui forment les vaisseaux sont puisées de la collection Shipyard V0.7 de greyoxide (http://www.blendswap.com/blends/view/17601)

LA PROJECTION GÉNÉRATIVE
Le voyage de ces 7000 navires est simulé par une projection générative. Générative parce que le contenu est créé dynamiquement par le système et peut jouer sans fin. Les éléments visuels et sonores sont inspirés par les films de science-fiction et plus précisément, le début du film Spaceballs (https://youtu.be/1dZveoBfiww) où un vaisseau spatial ridiculement long croise lentement l'écran pendant 90 secondes, et par tous les films qui présentent une romantisation du voyage et des batailles dans l’espace où le vrombissement des roquettes spatiales font vibrer les sièges du cinéma. Je voulais reproduire ces éléments dans une sorte de «Science-Fiction Porn», un spectacle constitué à 100% de vaisseaux rugissants 100% du temps. Le rugissement des roquettes sur chaque navire a été créé en échantillonnant les bruits de moteur de divers films (Star Trek, Star Wars, Battlestar Galactica, etc.). Ces échantillons sont positionnés dans l’espace et exploitent généreusement l'effet Doppler pour donner une expérience immersive où le spectateur ressent vraiment les navires qui passent. Les données de simulation sont compilées sur un serveur persistant dans le Nuage. Toute la flotte est répartie dans un cube virtuel de 10000 kilomètres cubes. L’entièreté de la flotte n'est donc jamais complètement visible car elle est trop grande. Ainsi, le système décide régulièrement d'échantillonner un espace plus petit de 2000 km3 et d’afficher uniquement les navires qui s’y trouvent. Le mouvement des vaisseaux est déterminé par un algorithme de simulation de volée qui tente de créer une masse cohésive. La caméra virtuelle se déplace de manière semi-aléatoire, mais surtout cinématographique, dans cette masse en se concentrant sur certains vaisseaux tout en essayant de fournir une expérience visuelle et sonore intéressante. L'étoile Trappist-1 est toujours visible à l'écran car elle représente la destination finale du convoi.

LA VIDÉO
À mesure qu’une partie de ses habitants précédents la fuient, la Terre abandonnée continue à s'effondrer. Les visiteurs de l'espace d'exposition font partie des habitants qui restent sur Terre après le décollage. Un écran de télévision leur présente un faux journal télévisé sur le progrès et le but de la Grand Traversée. Le téléjournal est suivi de vidéos de «ice calvings» et de glissements de boue rapportant les événements cataclysmiques à l'extérieur. La vidéo n'a aucun son : elle est muette à l’image de la tendance populaire à vouloir ignorer cette réalité. Des sous-titres fournissent toutefois une explication avec quelques indices sur la possibilité que ce n'est peut-être pas le premier monde qui a été colonisé dans le passé et ensuite détruit dans un cycle sans fin. Peut-être que l'extinction des dinosaures a été causée par nos ancêtres spatiaux qui ont colonisé la Terre actuelle ...

LE LIVRE À COLORIER
Le livre à colorier est un artefact de notre avenir. C'est un livre tangible intitulé « Un livre à colorier pour la fin du monde », qui peut être acheté par les visiteurs. Le livre a été créé pour préparer les enfants voyageurs à la Grande traversée et pour les familiariser avec les différents navires qui peupleront la vue des hublots. Le livre présente 34 navires, leur ADN, leur quantité et les statistiques utilisées pour leur création. Le livre est une réponse dérisoire à la gamification et l'amusement constamment exigé par les subventionneurs des arts numériques et interactifs.

L'APPLICATION
Cette partie du projet est sur le point d’être complété. Il sera terminé dans les prochains mois. L'application sera disponible pour téléchargement à partir du Web n’est pas présenté dans l'espace d'exposition. L'application illustre le procédé de construction génératif utilisé par Space Roar. L'utilisateur y saist un mot de 6 lettres qui est ensuite utilisé comme ADN pour générer un vaisseau unique de la même manière que la projection générative : Space Roar utilise des données statistiques pour générer cet ADN, mais toute combinaison de six lettres crée un navire unique. Le résultat final peut ensuite être exporté sous forme d'image à haute résolution. L'application sera «open source».




Documentation

Livre a colorier




Videos



Images
Space Roar Space Roar Space Roar Space Roar Space Roar Space Roar Space Roar Space Roar Space Roar Space Roar Space Roar Space Roar Space Roar